Salle de Presse > Communiqués de presse > Remise du rapport de Philippe Tibi sur le financement des ...

Remise du rapport de Philippe Tibi sur le financement des entreprises technologiques françaises
 


Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, et Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du Numérique, ont reçu le rapport établi par Philippe Tibi, président de Pergamon Campus, professeur d’économie à l’Ecole polytechnique, ancien président de l’Association française des marchés financiers (Amafi) et d’UBS Investment Bank en France, à l’issue de sa mission sur le financement des entreprises technologiques françaises.

Intitulé "Financer la IVème révolution industrielle – Lever le verrou du financement des entreprises technologiques", le rapport dresse le constat de la forte dynamique des start-up en France mais également celui de leurs difficultés à se financer à des phases plus avancées de leur développement, c’est-à-dire au niveau du late stage (levées supérieures à 50 millions d’euros) et de la cotation, du fait du manque d’investisseurs spécialisés sur ces segments en France.

Le rapport propose de mobiliser les investisseurs institutionnels français pour les inviter à consacrer une part plus importante de leurs allocations, en finançant des fonds français de capital- innovation ayant vocation à gérer plus d’un milliard d’euros en faveur d’entreprises non cotées en phase avancée de croissance (late stage) et, pour la partie cotée, en développant des fonds "global tech" qui permettront la structuration dans notre pays d’une expertise de pointe sur le financement des entreprises technologiques.

Bruno Le Maire a déclaré : "L’Union européenne, c'est près d’un quart du PIB mondial mais seulement 10% de la technologie mondiale émergente. Faire naître des leaders technologiques de niveau mondial est essentiel pour la souveraineté de la France et de l’Europe. L'enjeu est plus que jamais de mobiliser notre épargne pour mieux financer les entreprises et les technologies de demain".

Cédric O a déclaré : "Mieux financer et accompagner les start-up, c’est favoriser l’emploi, encourager l’innovation et défendre notre modèle de société. Aux Etats-Unis, entre un tiers et la moitié des emplois créés le sont directement et indirectement par le secteur technologique. L’enjeu est majeur, les levées d’aujourd’hui sont les emplois de demain et concernent l’ensemble de l’appareil productif".
 

À PROPOS DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE / Largement internationalisée (40% de ses étudiants, 40% de son corps d’enseignants), l’École polytechnique associe recherche, enseignement et innovation au meilleur niveau scientifique et technologique. Sa formation promeut une culture d’excellence à forte dominante en sciences, ouverte sur une grande tradition humaniste.
À travers son offre de formation – bachelor, cycle ingénieur polytechnicien, master, programmes gradués, programme doctoral, doctorat, formation continue – l’École polytechnique forme des décideurs à forte culture scientifique pluridisciplinaire en les exposant à la fois au monde de la recherche et à celui de l’entreprise. Avec ses 23 laboratoires, dont 22 sont unités mixtes de recherche avec le CNRS, le centre de recherche de l’X travaille aux frontières de la connaissance sur les grands enjeux interdisciplinaires scientifiques, technologiques et sociétaux. L’École polytechnique est membre fondateur de l’Institut Polytechnique de Paris.

Photos