Salle de Presse > Communiqués de presse > Deux chercheuses de l’École polytechnique récompensées par les bourses de ...

Deux chercheuses de l’École polytechnique récompensées par les bourses de recherche L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science 2018

Sabrina Ouazzani, post-doctorante au Laboratoire d’informatique de l’École polytechnique (LIX), en co-tutelle avec le CNRS, ainsi qu’Olga Chashchina, doctorante au Laboratoire d’hydrodynamique (LadHyX, École polytechnique/CNRS) sont récompensées cette année par une bourse « Pour les Femmes et la Science » de la Fondation L'Oréal et de l'UNESCO.
 
 
© Carl Diner pour la Fondation L'Oréal
 
Les travaux effectués par Sabrina Ouazzani à l’Université Paris-Est Créteil, ainsi que les perspectives de recherche qu’elle envisage désormais au sein du Laboratoire d’informatique de l’X (LIX, École polytechnique/CNRS) lui ont permis d’obtenir une bourse « Pour les Femmes et la Science » de la Fondation L'Oréal et de l'UNESCO. Cette récompense a pour objectif de mettre à l’honneur des jeunes chercheuses pour l’excellence de leur niveau académique, la qualité de leur projet scientifique et leur capacité à transmettre leur passion pour la science.

Après une thèse réalisée au sein du Laboratoire d'informatique, de robotique et de microélectronique de Montpellier (LIRMM, CNRS/Université de Montpellier) et deux ans passé au Laboratoire d'algorithmique, complexité et logique (LACL, Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne) à Créteil, Sabrina Ouazzani a rejoint le Labex Digicosme - Paris-Saclay[1] en septembre 2018 où elle travaille actuellement avec Olivier Bournez, professeur de l’École polytechnique et Benjamin Hellouin, maître de conférences à l’Université Paris-Sud.

Une recherche mêlant mathématiques, informatique et concepts philosophiques
Les travaux de Sabrina Ouazzani portent sur « la calculabilité à temps infinis ». Pour comprendre les concepts qui se cachent derrière ces termes, il faut remonter en 1930, à la naissance de la logique de programmation qui a donné naissance au numérique d’aujourd’hui. Petit à petit, les chercheurs se sont rendus compte qu’il existe des questions que l’on ne peut pas résoudre à l’aide d’un algorithme (i.e. suite de calculs, d’actions à effectuer dans un ordre précis pour arriver au résultat) et c’est alors que la calculabilité a vu le jour. Cette discipline, au cœur de l’informatique fondamentale, vise à caractériser et classifier les problèmes pouvant être résolus par un ordinateur.

Sabrina Ouazzani s’intéresse plus particulièrement à la calculabilité en temps infini : en prenant comme hypothèse que la machine a un temps infini pour faire des calculs, peut-on collecter des informations au bout de ce temps infini qui permettront alors de faire avancer le problème ? Cela se rapproche de la notion de « limite » utilisée dans les mathématiques. Mais les travaux de la chercheuse vont plus loin : et si, après ce temps infini, on reprenait les calculs sur un temps infini ? Puis à nouveau sur un nombre infini, et ainsi de suite ? Ces infinis successifs, appelés ordinaux, pourraient permettre de fixer un cadre novateur pour appréhender l’hyper informatique de demain.

Si ces recherches paraissent très abstraites, l’obtention de la bourse L'Oréal-UNESCO « Pour les Femmes et la Science » va permettre à Sabrina Ouazzani de s’investir concrètement pour promouvoir sa discipline et les sciences en général, notamment auprès des jeunes filles. « Pendant mes études et ma thèse, je manquais de modèles pour pouvoir me projeter car j’étais dans un milieu presque exclusivement masculin, explique la jeune chercheuse. Nous manquons de femmes dans la communauté et je veux pouvoir montrer à celles qui pourraient avoir des doutes que nous sommes légitimes, que nous avons notre place. » Sabrina Ouazzani envisage d’aller parler de son parcours dans les écoles, ce qui lui permettra aussi de donner un image plus réelle de la recherche actuelle en informatique.

 
 
 
© Carl Diner pour la Fondation L'Oréal
 
Olga Chashchina (X2009) a obtenu le prix L'Oréal-UNESCO « Pour les Femmes et la Science » dans le cadre de sa thèse au sein du Laboratoire d'hydrodynamique (LadHyX – École polytechnique/CNRS). Originaire de Russie, Olga a fait ses études d'ingénieur à l'École polytechnique et a obtenu le diplôme de master en physique de l'Université d'Etat de Novossibirsk.
 
Au LadHyX, elle a intégré l’équipe de recherche d'Abdul I. Barakat, directeur de recherche CNRS, qui s’intéresse à la compréhension fondamentale du développement des maladies cardiovasculaires ainsi qu‘à la performance de dispositifs médicaux tels que les stents utilisés dans le cadre des chirurgies endovasculaires. Ces derniers représentent un grand progrès pour combattre les maladies cardiovasculaires, mais leur évolution dans l’organisme est encore mal connue et présente notamment des risques réels de complications graves. Or, aujourd'hui, les tests de nouveaux stents sont réalisés dans des cultures cellulaires en omettant les effets mécaniques, ou alors dans des tubes sans les aspects biologiques. Afin de proposer un modèle physiologiquement plus pertinent, le LadHyX a développé une artère artificielle combinant ces deux aspects et présentant des conditions plus proches de celles de l’organisme, tout en étant contrôlables afin de mener des mesures quantitatives en temps réel. Grâce à ce système innovant, la thèse d’Olga Chashchina se concentre sur l’étude des effets de la rigidité de la paroi sur la guérison des artères après la pose d’un stent et les effets du flux sanguin sur le comportement cellulaire.
 
En collaboration avec Sensome, une start-up issue du LadHyX, Olga travaille également sur l'intégration de capteurs électroniques dans l'artère et sur l'analyse de leurs signaux pour prédire l'organisation des cellules dans cette artère de façon non-invasive. Avec cette étude, l’équipe de recherche d'Abdul I. Barakat cherche à minimiser les complications liées aux stents, tout en envisageant que les artères in-vitro deviennent un outil pour d’autres études vasculaires.
 
Pour Olga, « être lauréate de la bourse L'Oréal-UNESCO « Pour les Femmes et la Science » me permet de rejoindre une communauté qui défend des valeurs auxquelles je tiens : le droit de chacun à poursuivre son rêve ou sa passion, en particulier de faire carrière dans la recherche scientifique. J'ai eu la chance de grandir avec un entourage qui m’a donné confiance en moi et en mes capacités, et aujourd'hui, je voudrais partager mon expérience avec les plus jeunes. Réaliser ses rêves nécessite beaucoup de travail, mais nous avons chacun, et surtout chacune, en nous les capacités pour l'accomplir. »
 
Floriane Pelon (X2008) Corps des Mines, compte également parmi les lauréates, pour sa thèse à l’Institut Curie - INSERM (U830) portant sur l'hétérogénéité et le rôle des fibroblastes dans le développement des cancers du sein.

Pour Floriane, qui s’est plongée dans la biologie sous une approche pluridisciplinaire à l’École polytechnique, « Les bourses L’Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science véhiculent un message fort que je suis fière de pouvoir partager : la science a besoin de femmes et les femmes ont toutes les capacités pour embrasser une carrière scientifique, osons ! »

Patrick Huerre, Directeur de recherche émérite (CNRS) au LadHyX et membre de l’Académie des Sciences, s'est également investi dans l'action L'Oréal-UNESCO Pour les Femmes en étant membre du jury où il a délivré les prix pour la catégorie "à l’infiniment grand" le jour de la cérémonie.
 
***
 
À propos de la Fondation L’Oréal
La Fondation L’Oréal agit en faveur des femmes dans le monde et les accompagne pour les aider à se réaliser dans deux grands domaines qui sont au cœur de l’ADN du Groupe : la recherche scientifique et la beauté inclusive.
Créé en 1998 et mené par la Fondation L’Oréal en partenariat avec l’Unesco, le programme Pour les Femmes et la Science veut améliorer la représentation des femmes dans les carrières scientifiques, fort de la conviction que le monde a besoin de la science, et la science a besoin des femmes. Depuis 20 ans, plus de 3 100 chercheuses issues de 117 pays ont été accompagnées et mises en lumière.
Convaincue que la beauté est au cœur du processus de reconstruction de soi et vecteur d’inclusion sociale, la Fondation L’Oréal développe également des formations d’excellence gratuites aux métiers de la beauté à destination de personnes fragilisées. Elle donne aussi accès à des soins de beauté et de bien-être en milieu médical et social pour accompagner des personnes en souffrance physique, psychique ou sociale, ainsi qu’à des opérations de chirurgie réparatrice.
 
À propos de l’UNESCO
Depuis sa création en 1945, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, les sciences et la culture (UNESCO) soutient la coopération scientifique comme un levier de développement durable et de paix entre les peuples. L’UNESCO soutient les Etats dans le développement des politiques publiques et le renforcement des capacités dans le domaine des sciences, de la technologie et de l’innovation, l’enseignement des sciences. L’UNESCO pilote également plusieurs programmes intergouvernementaux consacrés à la gestion durable de l’eau douce et des ressources océaniques et terrestres, la protection de la biodiversité et le recours à la science pour lutter contre le changement climatique et les catastrophes naturelles. Dans la poursuite de ses objectifs, l'Organisation s’attache à l'élimination de toute forme de discrimination et à la promotion de l'égalité entre hommes et femmes.
 
À propos de l’Académie des sciences
Depuis sa création en 1666, l’Académie des sciences se consacre au développement des sciences et conseille les autorités gouvernementales en ce domaine. Indépendante et pérenne, placée sous la protection du président de la République, elle est l'une des cinq académies siégeant à l’Institut de France.
 
 
Contacts presse
          Sara Tricarico     Raphaël de Rasilly
   + 33 1 69 33 38 70 / + 33 6 66 53 56 10     + 33 1 69 33 38 97 / + 33 6 69 14 51 56
         sara.tricarico@polytechnique.edu     raphael.de-rasilly@polytechnique.edu
 
 

À PROPOS DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE / Largement internationalisée (36% de ses étudiants, 39% de son corps d’enseignants), l’École polytechnique associe recherche, enseignement et innovation au meilleur niveau scientifique et technologique. Sa formation promeut une culture d’excellence à forte dominante en sciences, ouverte sur une grande tradition humaniste.
À travers son offre de formation – bachelor, cycle ingénieur polytechnicien, master, programmes gradués, programme doctoral, doctorat, formation continue – l’École polytechnique forme des décideurs à forte culture scientifique pluridisciplinaire en les exposant à la fois au monde de la recherche et à celui de l’entreprise. Avec ses 22 laboratoires, dont 21 sont unités mixtes de recherche avec le CNRS, le centre de recherche de l’X travaille aux frontières de la connaissance sur les grands enjeux interdisciplinaires scientifiques, technologiques et sociétaux. L’École polytechnique est membre fondateur de l’Université Paris-Saclay.  
À PROPOS DU CNRS / Le Centre national de la recherche scientifique est le principal organisme public de recherche en France et en Europe. Il produit du savoir et met ce savoir au service de la société. Avec 31 612 personnes, un budget pour 2017 de plus de 3,5 milliards d'euros dont 787 millions d'euros de ressources propres, et une implantation sur l'ensemble du territoire national, le CNRS exerce son activité dans tous les champs de la connaissance, en s'appuyant sur plus de 1 100 laboratoires. Avec 21 lauréats du prix Nobel et 12 de la Médaille Fields, le CNRS a une longue tradition d’excellence. Le CNRS mène des recherches dans l'ensemble des domaines scientifiques, technologiques et sociétaux : mathématiques, physique, sciences et technologies de l'information et de la communication, physique nucléaire et des hautes énergies, sciences de la planète et de l'Univers, chimie, sciences du vivant, sciences humaines et sociales, environnement et ingénierie.
 
 
[1] Laboratoire d’excellence (CEA/CNRS/CentraleSupélec/ENS Paris-Saclay/Inria/ENSTA ParisTech/Université Paris-Sud/Telecom ParisTech/Telecom SudParis/Ecole polytechnique)

À PROPOS DE L’ÉCOLE POLYTECHNIQUE / Largement internationalisée (36% de ses étudiants, 39% de son corps d’en­seignants), l’École polytechnique associe recherche, enseignement et innovation au meilleur niveau scientifique et technologique. Sa formation promeut une culture d’excellence à forte dominante en sciences, ouverte sur une grande tradition humaniste.
À travers son offre de formation – bachelor, cycle ingénieur polytechnicien, master, programmes gradués, programme doctoral, doctorat, formation continue – l’École polytechnique forme des décideurs à forte culture scientifique pluridisciplinaire en les exposant à la fois au monde de la recherche et à celui de l’entreprise. Avec ses 22 laboratoires, dont 21 sont unités mixtes de recherche avec le CNRS, le centre de recherche de l’X travaille aux frontières de la connaissance sur les grands enjeux interdisciplinaires scientifiques, technologiques et sociétaux. L’École polytechnique est membre fondateur de l’Université Paris-Saclay.

Contacts

Relations presse
École polytechnique
Route de Saclay
91128 PALAISEAU Cedex
Envoyer un message

Clémence Naizet
Chargée de relations presse France
01 69 33 38 74
+33 6 65 43 60 90
Envoyer un message

Raphaël de Rasilly
Responsable du Pôle Presse
École polytechnique
+33 1 69 33 38 97
+33 6 69 14 51 56
Envoyer un message

Sara Tricarico
Chargée des relations presse Recherche & International
01 69 33 38 70
+33 6 66 53 56 10
Envoyer un message

Document(s) à télécharger